cave de lagrave

Notre Vignoble

PRÉSENTATION DE GAILLAC



Parce que les vins d'avenir ont toujours un passé

La cité de Gaillac est née en 972, mais le vignoble qui porte son nom fut implanté au premier siècle avant Jésus-Christ par les Romains.
Ce sont les moines Bénédictins de l'Abbaye Saint Michel de Gaillac qui, au Moyen Age, ont, les premiers, entrepris d'organiser le vignoble. A partir du IXème siècle, les religieux ont su élaborer, par de patientes sélections, un vin digne des bonnes tables du monde médiéval.
Le Vin de Gaillac s'épanouit à l'époque des troubadours où les consuls, en 1221, publièrent le Ban des Vendanges, preuve de la recherche et du maintien de la qualité des vins : choix des terroirs, sélection des cépages, qualité des bois de fûts, dates des vendanges. En descendant le Tarn vers la Garonne et l'Atlantique, les Gaillac sont allés conquérir très tôt la France et les pays voisins.
Henri III et Louis XIV en ont fait leurs délices. Au XVIIème siècle « les Vins du Coq », du nom de la marque à feu qui authentifiait les fûts, jouissaient d'une excellente réputation dans l'Europe entière.
Depuis la notoriété du vin de Gaillac n'a cessé de progresser en privilégiant toujours le respect de la qualité, la limitation de la production et la fidélité à son histoire :

  • 1922 : délimitation de l'Aire d'Appellation Gaillac au Journal Officiel
  • 1938 : le décret d'Appellation d'Origine Contrôlée est obtenu pour les Gaillac blancs
  • 1970 : le décret d'Appellation d'Origine Contrôlée est étendu pour les Gaillac rouges et rosés


Trois terroirs pour une appellation unique

Gaillac doit à à la richesse de ses sols et à son microclimat tempéré, de produire indifféremment rouges et blancs de qualité. Les vallées parallèles de la Vère et du Tarn structurent le vignoble en 3 versants de nature géologique spécifique.

Les Terrasses de la Rive Gauche : cette partie du vignoble court le long des rives du Tarn et s'étend autour des cités de Técou, Cadalen et Lagrave. D'une altitude relativement modeste, il permet à la vigne d'exprimer tout son potentiel à travers des sols de galets, de graviers, de sable ou de boulbènes. Certains vignerons vous parleront ainsi des graves de la Rive Gauche (d'où le nom du village) pour mettre encore plus l'accent sur ce terroir. Les vendanges y sont de faible rendement, mais gorgées de soleil, et avec une forte concentration.

Les Coteaux de la Rive Droite : ces coteaux, exposés plein sud et protégés par les forêts de la Grésigne et de Sivens, dominent toute la vallée du Tarn (on peut y apercevoir par temps clair les Pyrénées). Les sols sont principalement des argilo-calcaires profonds.

Le Plateau Cordais : de Cahuzac-sur-Vère à la cité médiévale de Cordes-sur-Ciel, le Plateau Cordais domine la vallée encaissée de la Vàre. Ce terroir se caractérise par des sols blancs calcaires et caillouteux.

Quant au climat, le vignoble de Gaillac bénéficie de deux influences :

  • La douceur océanique qui limite les risques de gelées et permet une bonne alimentation hydrique de la vigne.
  • La chaleur méditerranéenne, en été et en automne, accentuée par le vent d'Autan, assure une bonne maturité des raisins. Les vendanges se déroulent ainsi sous un ciel agréable.


Le vignoble en quelques chiffres

362 vignerons produisent de l'AOC Gaillac, dont 118 en caves particulières. La superficie de l'aire d'Appellation Gaillac est de 3 000 hectares.
Le volume d'AOC Gaillac produit en moyenne est de 175 000 hectolitres par an, dont 65 % en vin rouge, 30 % en vin blanc et 5 % en vin rosé. Le Gaillac produit par an environ 22 millions de bouteilles d'AOC.


PRÉSENTATION DE LAGRAVE



A la découverte du village

Ce petit village de plaine est situé à mi chemin d' Albi et Gaillac, dans le Tarn en Occitanie. Il comptait 1273 habitants en 1999. La commune doit son nom aux graviers qui constituent la majeure partie de ses terrains ("La Gravo" en occitan). Elle est traversée par un bras de la rivière Tarn et deux ruisseaux y serpentent, la Saudronne ("ruisseaux à truite" en Gaulois) et le Riou Frech ("ruisseau frais").


La vigne en Lagravois

L'histoire du village se confond avec celle de la vigne. Ce sont les Romains qui implantèrent au premier siècle avant Jésus-Christ cette noble culture dans le Gaillacois, et celle-ci n'a fait que se développer.
Ainsi que l'écrivaient en 1709 les consuls après le gel : "Le territoire de Lagrave n'est propre qu'à faire des vignes". La culture en était toutefois bien différente, essentiellement manuelle sur des parcelles minuscules.
En 1883, le vignoble Lagravois compte 485 hectares avant d'être atteint par le phylloxera. Cette catastrophe anéantit presque toutes les vignes et il faudra près de cinquante ans pour remettre le vignoble sur pieds. La production reste alors familiale, les vendanges sont souvent l'occasion de fêtes avec la famille et les voisins, on y déguste force rasades de vin bourru. Après avoir atteint 503 hectares sur les 903 de la commune dans les années 1950, la vigne est à nouveau décimée par les grandes gelées de l'hiver 1955-1956.
Mais toujours les Lagravois ont su replanter et même si aujourd'hui les vignerons ne sont plus qu'une poignée, le même élan les anime. Les familles ARNAUD et BOUNES font partie de ceux, qui perpétuent la tradition du vin à Lagrave.


Mentions Légales

SARL TERROIR DE LAGRAVE
63 chemin de la Bouissounnade
81150 LAGRAVE
Tél. 05 63 81 52 20 - Fax. 05 63 81 55 42
contact@terroirdelagrave.com